Aït Menguellet, honoré et en tournée

News et informations arabes - Firdaous.com

Le chanteur algérien Lounis Aït Menguellet a commencé aujourd’hui, dimanche 26 octobre, sa tournée à travers toute la France, retrouvant un public qu’il n’avait pas vu depuis quelques temps. Mais avant la tournée de ce grand chanteur kabyle, une distinction l’attendait dans la ville française Roubaix. En effet, Lounis Aït Menguellet a eu la joie et la surprise d’apprendre qu’il avait été nommé citoyen d’honneur de la ville…une distinction qu’il connaît bien, puisque c’est la deuxième fois que cette ville la lui attribue. En effet, en 1998, Roubaix avait déjà nommé Lounis citoyen d’honneur.

Lounis Aït Menguellet n’est pas un « jeune » chanteur qui vient de débuter : il traîne à son actif plus de quarante ans de chansons, soit plus de 200 chansons !

Né à Ighil Bouammas (Kabylie, Algérie), le 17 janvier 1950, il a trois frères et deux sœurs, et est issu d’une famille de commerçants. A l’indépendance, et alors que son père est parti vivre à Oran, Lounis va s’installer à Alger pour ses études. Il est pris en charge par son frère aîné, qui meurt dans un accident de voiture. Obligé de travailler, il suit d’abord une formation d’ébéniste, mais finit par devenir secrétaire au niveau du ministère des travaux publics. C’est à cette époque qu’il se lance dans la chanson.

En 1966 et après une grosse déception amoureuse, il compose sa toute première chanson, qu’il interprétera un an plus tard sur la chaîne de radio kabyle, lors de son passage à l’émission Nouva Ihafadhen. Deux ans plus tard, alors qu’il n’a que 18 ans, il crée avec des amis le groupe Imazigen. Une belle aventure commence pour les amis qui managés par le cousin de Lounis, enchaînent mariages et galas. Le groupe se sépare en 1971 et Lounis rentre au village où il ne tarde pas à se marier. De son mariage il a 6 enfants.

En 1969, alors qu’il est à Constantine pour son service militaire, il enregistre ses premières chansons qui feront partie du fameux album « les années d’or », sorti en 1987. Ensuite tout s’enchaîne : l’Olympia en 1978, mais aussi le Zénith de Paris en 1985. Lounis est en pleine gloire : adulé, devenu un vrai symbole fort de la chanson kabyle, il est même complimenté par l’écrivain algérien Kateb Yacine. On dit de Lounis Aït Menguellet qu’il a eu deux phases : une première où ses textes étaient poétiques, courts mais surtout sentimentaux, et une seconde phase beaucoup plus politique, avec des textes déjà plus engagés qui posent de grandes questions philosophiques. Avec cette nouvelle tournée, il va avoir tout loisir d’exprimer ses idées !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *