Djamel Allam lance le Youyou des anges

News et informations arabes - Firdaous.com

Aujourd’hui a été lancé le nouvel album du chanteur Djamel Allam « Le Youyou des anges ». Considéré par beaucoup de spécialistes comme une œuvre clef, elle a le mérite d’être le résultat d’une agréable fusion entre modernité et tradition. Pour rappel, la musique algérienne a connu divers périodes de silences qui alternaient avec des moments phares, notamment à cause du terrorisme.

Djamel Allam n’est pas un inconnu pour le public algérien puisqu’il avait donné plusieurs concerts auparavant, et surtout son album « Gouraya » sorti en 2001 qui n’a malheureusement pas pu être lancé en fanfare à cause de la vie culturelle quasi inexistence en Algérie à l’époque.

Ce nouvel album a de quoi retenir l’attention. Enregistré en majorité au Canada et en France, il dispose d’un niveau de qualité épatant et différent de ce qu’on a l’habitude de trouver sur le marché algérien, qui bien qu’en évolution constante est encore la victime de nombreux piratages et laisser-aller en matière de qualité. Il est vrai que le chanteur a pu compter sur de nombreuses institutions pour atteindre une telle qualité. La distribution est fait par Belda Diffusion. Il contient 10 titres et 7 minutes d’hommage à Guerrouabie – le maître !-. Djamel Allam a réuni autour de lui bon nombre de ses amis pour ce retour en force, ainsi, on retient Hafid Djemaï, Sid-Ahmed Agoumi, Khaled…etc.

Mais quelques temps après, il fait la rencontre de Réda Chikhi, producteur qui l’aide à éditer toute son œuvre dans un coffret. Quelques mécènes, et la diffusion est faite. Le public découvre avec étonnement toutes ces chansons. Etonnement, car si Djamel Allam était connu c’était surtout pour ses toutes premières chansons du début. En 2004, il donne un grand concert à la salle Ibn Zeydoun (Riadh El Feth) où il aura la joie de trouver dans le public ses tous premiers fans (ceux d’avant les années 80), un peu dégarnis, un peu vieillis certes, mais fidèles au rendez-vous.

Les titres de cet album font penser aux lointains chants du chaabi, à ceux que chantaient nos grands-parents, avec néanmoins des petites touches de modernité. Des hommages très forts ponctuent quelques chansons. Entre tristesse et joie, souvenirs et rêves, la voix de Djamel Allam nous entraîne très loin, vraiment très loin…loin du raffut et du bruit de certains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *