Histoire des sciences arabes

Art et culture - Firdaous.com

Longtemps, les érudits Arabes, furent méconnus, oubliés, bafoués, que ce soit par le monde occidental ou par le monde Arabe. Des mathématiques à la philosophie, l’Histoire des sciences en général, doit pourtant beaucoup aux sciences arabes qui ont permis des avancés majeures dans pratiquement tous les domaines. En s’inspirant de ceux qu’on nomme les anciens (les Grecs), les Arabes commencèrent par traduire leurs œuvres avant de les propager dans le monde et de développer les réflexions de ces maîtres de la pensée.

Très vite, deux branches importantes vont se révéler comme des domaines d’exploration impossible à occulter : les mathématiques et la philosophie. Si ce dernier domaine est assez bien connu par le large public, en ce qui concerne les mathématiques, nous devons au monde arabo-musulman pratiquement tout ce qui concerne cette discipline, puisque aussi bien le système de numérotation que le chiffre zéro ont été inventés, compris et développés par des savants arabes. Il faut néanmoins souligner l’apport considérable des indous en ce qui concerne les mathématiques, puisque ceux-ci avaient déjà une notion – un peu floue- du zéro qu’ils représentaient d’une case vide. Pour eux cette case était le néant, le rien, l’impossible. L’intelligence Arabe fut de comprendre ce « néant », de lui donner une forme, un symbole, une raison d’être.

Les chiffres trouvés, il restait à les assembler, les diviser, les soustraire et les multiplier. Comme un jeu, les chercheurs vont s’amuser à trouver les différentes équations possibles, utilisant le « pie » (valeur de 3,16, utilisé déjà par les égyptiens à l’époque des pharaons) que d’autres techniques, inventant ainsi ce qu’on nomme aujourd’hui l’algèbre.

Les mathématiques engendreront l’astronomie, la chimie, l’architecture et les sciences animales, géologiques et humaines. L’arrivée de l’Islam n’est pas négligeable car elle sera un moyen utile pour propager les sciences et mieux les comprendre. L’architecture notamment se développera à un rythme effréné, ainsi que les sciences médicales. Comme on peut le comprendre, l’Islam et la langue arabe sont deux composants majeurs de l’Histoire des Sciences Arabes.

Certains noms sont importants à connaître car ils sont incontournables dans l’âge d’or (du VIIIe au XIXe siècle) des Sciences Arabes. On peut ainsi nommer Ibn Al Nafiss qui a été le premier à découvrir et à expliquer la circulation sanguine, Avicienne qui publia un livre majeur dans l’Histoire Mondiale de la Médecine « Canon de la Médecine » (utilisé pendant des années par les médecins du monde entier), et enfin Al Khazi qui eu l’idée lumineuse d’utiliser du fil d’origine animale en chirurgie. Tous ces noms ne sont que quelques uns des plus grands savants Arabes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *